Developed in conjunction with Ext-Joom.com

.........................................CONFERENCE ARMEPES-France DECEMBRE 2013: CHEIKH Abdoulaye

Cette cassette vidéo est disponible auprès des contacts suivants :

33.(0)7.58.08.06.31

33.(0)6.18.04.35.46

33.(0)60.57.23.343

33.(0)6.52.91.58.69

33.(0)6.95.36.62.54

La cassette sera sous titrée dans les langues nationale mauritaniennes dans les mois à venir.

 

Oubeid Ould Imijine : Je remercie d’abord...

Oubeid Ould Imijine :Je remercie d’abord votre site, et j’apprécie a sa juste valeur votre combat noble et efficace ! Moi je ne suis que l’un de ces nombreux militants de la cause hratine qui ont donné leur vie à ce combat, et cela à travers la recherche et le militantisme pour conscientiser les hratines, et les aider à se libérer du joug   de l’esclavage et de ses corollaires !

 

Je suis diplômé de l’université de Nouakchott, promotion 2006. En suivant mes convictions, j’ai versé très tôt dans la vie associative, j’ai monté plusieurs Activités Génératrices de Revenus dans la Moughataa de Dar Naim (Nouakchott) au profit des femmes hratines particulièrement. Ces activités continuent de faire vivre plusieurs familles dans cette commune.

 

J’ai décidé de quitter ce domaine car j’ai découvert que la société civile en Mauritanie est basée sur la ségrégation, l’exclusion et le clientélisme.
Depuis mon très jeune âge, je me suis intéressé à la presse, j’ai travaillé pour plusieurs journaux indépendants dans la rédaction avant de commencer à écrire.
J’ai fait la connaissance du camarade Biram à travers mes écrits au journal Al-hourriya. Lui-même écrivait à Essiraje, et nos idées convergeaient, ce qui a fait que nous nous sommes découverts mutuellement autour de la problématique hratine. J’ai trouvé ses idées dans le domaine assez progressistes, vu mon appartenance antérieure à l’école du MND, j’ai appris à travers lui le militantisme historique d’Elhor.

 

J’ai été l’objet de toutes sortes d’exclusion et de marginalisation et, très souvent, on me reprochait d’orienter mes écrits vers la cause hratine. Quand j’ai commencé après le coup d’Etat de 2005 à travailler à Radio Mauritanie, j’ai osé animer une émission sur l’esclavage à la « chaîne de la citoyenneté » où j’ai invité Boubakar Messoud et Biram Ould Dah Ould Abeid, considérés par mes chefs comme des gens non fréquentables. J’ai subi le même sort plus tard au niveau de l’AMI car le directeur de cette institution ne supportait pas le fait que je m’affiche dans mes écrits contre l’exclusion et la marginalisation des minorités. Il a donc mis fin à mes services a l’AMI. J’ai continué mon chemin, en âme et conscience, et j’ai un projet qui me tiens à cœur c’est de créer « club des journalistes des droits humains ». Cela dit, je suis plutôt intéressé par ce domaine, j’ai créé avec des camarades le site (www.ar.initi.net) dont je suis le webmaster de la version arabe.

 

A.H.M.E : Vous êtes arabisant et investi dans le combat contre l’esclavage. Y a t-il beaucoup d’arabisants dans ce cas ?

 

Oubeid ould Imijine :Je suis l’une des nombreuses victimes de l’arabisation à outrance qu’avait instaurée le système Beïdane depuis la réforme de 1979, c’est-à-dire, en début du cycle de règne des militaires sans perspectives et des nationalistes arabes chauvins. Presque tous les gens de ma génération ont subi l’imposition de l’arabe comme langue de formation. Il y a effectivement beaucoup de cadres hratine formés en arabe qui s’intéresse a ce combat, de différentes manières, selon leur milieux et leur formation, malgré que certaines mentalités restent un handicap majeur pour leur majorité, telles que la tribu et la culture traditionnelle rétrograde.

 

A.H.M.E : Dans votre carrière, avez-vous subi des pressions du fait de l’Etat, la féodalité maure, etc. pour vous empêcher d’exercer votre métier d’information ?
Autrement dit, les journalistes, de manière générale, font-ils face à des entraves sur la question de l’esclavage et du racisme en Mauritanie ?

 

Oubeid ould Imijine :Je pense que la question de l’esclavage demeure un tabou qui fait peur à tous les journalistes. Le ministère mauritanien de la communication a refusé, au début de cette année, un agrément a un correspondant de la chaîne américaine Al hourra, du simple fait qu’il couvre souvent les activités des anti- esclavagiste. Donc, la majeure partie des journalistes de la presse arabe, ont peur de ce sujet. C’est pourquoi certains sites et journaux évitent d’en parler, surtout les points de vue du mouvement abolitionniste. Personnellement, j’ai été victime de beaucoup d’entraves, et de limogeages suite à cet embargo sur la question de l’esclavage. J’ai donc persisté dans mon combat car j’ai aussitôt découvert le vrai visage du racisme d’Etat, et l’exclusion de notre communauté, chose que j’ai essayé de combattre à ma manière.

 

A.H.M.E : Les moyens d’information publics et privés en Mauritanie accordent-ils la place méritée au fléau de l’esclavage ? Et qu’en est-il aussi au niveau du monde arabe ?

 

Oubeid ould Imijine :Depuis le fameux 13 décembre 2010 et l’arrestation arbitraire de Biram et ses amis, le silence a été brisé autour de l’esclave lequel a cessé d’être un sujet tabou dans la presse indépendante, notamment. Grâce à la pression de plus en plus accrue des militants antiabolitionnistes, on note ces derniers temps une tentative d’ouverture, certes timide, de la part des organes officiels mais qui demeure malheureusement peu objective et orientée. Cela est tout à fait nouveau, néanmoins. Le point de vue des intellectuels hratines honnêtes reste absent et incriminée, dans une duplicité claire qui donne la parole aux anti- abolitionnistes pour diaboliser leur discours.

 

A.H.M.E : La lutte contre l’esclavage achoppe sur l’inapplication des textes juridiques par l’Etat. Que pensez-vous de cette situation ?

 

Oubeid ould Imijine :C’est tout à fait juste. Et c’est là où réside, pourtant, la force de ce combat que nous menons. L’Etat dispose d’un arsenal juridique qu’il se refuse d’appliquer, du fait de son penchant clairement affiché envers les esclavagistes ; ce qui dénote une discrimination grave.
A.H.M.E : Face à l’esclavage, quel est le rôle de l’Islam dans l’inertie de la société mauritanienne qui touche toutes les ethnies du pays ?

 

Oubeid ould Imijine :On ne peut rien reprocher à l’Islam, sur ce plan. C’est plutôt le non application des préceptes de l’Islam qui a donné cet état de fait. L’origine de l’esclavage, tel que pratiqué en Mauritanie, n’a rien à voir avec l’Islam. Il n’y a jamais eu de « Djihad », mais plutôt des rapts dignes de la période antéislamique. Cet esclavage là, à la mauritanienne, est dicté par les rapports de force ayant prévalus entre dominants et dominés ; ni plus ni moins. L’Etat Mauritanien est l’apanage des Maures intronisés par la colonisation. On comprend alors pourquoi il n’y a pas aujourd’hui de volonté manifeste quant à changer les choses. Ceci explique pourquoi les esclavagistes se retrouvent tout à fait sous la protection des autorités et donc totalement à l’abri des sanctions prévues par les lois en vigueur.

 

A.H.M.E : Quelle est la place qu’occupe la communauté haratine dans le domaine de l’information en Mauritanie ?
Y-a t-il des organes de presse détenus par des haratine ? A t-on une idée du nombre des journalistes haratine en Mauritanie ?

 

Oubeid ould Imijine :Les Hratines sont les parents pauvres de la presse. Les périodes précoloniale, coloniale et post-coloniale qui se sont caractérisées par l’imposition de l’ilotisme comme forme de discrimination à notre communauté pour ainsi favoriser l’exploitation et l’exclusion tous azimuts en sont responsables. Par ailleurs la détention des organes de presse et la pérennité de ces derniers exigent, au préalable, que l’on ait une bonne assise économique ainsi qu’une influence politique et administrative considérable au sein de l’appareil de l’Etat ce dont notre composante est dépourvue.
Le seul journal dirigé par un Haratine ayant pu s’imposer c’est L’Authentique de (Oumar Ould Abdallahi).

Quant au nombre des journalistes hratines, il est peu connu, en l’absence des statistiques viables. Néanmoins, je sais qu’il y en a un bon nombre et il ne cesse de grandir au fil des jours. (Mohamed Ould Sneiba) en est l’un des plus célèbres. Il a été lauréat, en 2001 et 2004 du Prix du Meilleur article de la presse décerné par la représentation du PNUD en Mauritanie. Malgré qu’il dispose de son propre récépissé de journal, il a longtemps fait les frais, comme beaucoup de ses congénères, de l’exploitation des organes de presse Baydhanes. Avant de travailler finalement à L’Authentique où il retrouve plus de liberté pour s’exprimer et moins de pression de la part son nouveau « patron » qui est plutôt un frère et un ami.

 

A.H.M.E : Les partis politiques tels qu’APP et les autres formations qui se veulent progressistes, jouent-ils pleinement le rôle sur la question de l’esclavage et du racisme ?

 

Oubeid ould Imijine :Les partis du progrès et surtout, APP porte-étendard de cette cause jouent un grand rôle dans la question de l’esclavage qui a franchi un pas important par la promulgation d’une loi de sanction et d’incrimination en 2007. Mais de grands problèmes subsistent. Ils sont dus à l’absence d’une volonté réelle de l’Etat quant à la volonté de l’appliquer. Les mesures d’accompagnements prônées pour la réinsertion des esclaves, de manière à pouvoir se libérer de la dépendance de leurs maîtres, restent lettre morte.
Ces partis doivent continuer à insister sur l’obligation du devoir qui consiste à appliquer la volonté du peuple et mettre fin à la discrimination qui vise les couches stigmatisées qui constituent la majorité de la population.
On constate, par ailleurs, bien que le principal défi après l’esclavage soit le racisme, que les politiciens et la société civile évitent toujours de l’indexer. On refuse de le nommer. Si on en parle, c’est de façon très rhétorique, par détours. C’est incorrect.

 

A.H.M.E : La société civile maure se désintéresse, à quelques rares exceptions, de l’esclavage. Il en est de même de la société civile négro-mauritanienne. Pourquoi ?

 

Oubeid ould Imijine :Ce que vous dites est pertinent. Je pense que la cause réside essentiellement dans leur mentalité sur laquelle pèse le poids de la culpabilisation. Aussi bien la société civile maure que négro-africaine de Mauritanie, on oublie que nos générations ne sont pas responsables du passé mais du présent. Ce qui est reprochable - et l’histoire le reprochera à tout ceux qui se murent dans le silence et le non engagement dans la lutte pour éradiquer l’esclavage en tant que valeurs idéologiques et pratiques courantes - c’est la complaisance, c’est la protection des auteurs, c’est l’absence de volonté de contribuer au changement tant attendu.
Personne n’est responsable des forfaitures des aïeux. C’est pourquoi il faut se libérer des complexes que nos gouvernants ont toujours essayé de développer en faisant de l’évocation de ce fléau un tabou.

 

Nous regrettons qu’il n’y ait pas de mobilisation contre les pratiques de l’esclavage, à l’instar du mouvement d’ensemble, cette agitation des intellectuels maures à chaque fois qu’il est question de la Palestine. On marche pour un oui ou un non dès que l’on parle d’Arabe, d’arabisation ou d’arabité. Jamais pour protester contre l’iniquité, les torts et les tares.
L’esclavage existe dans toutes les communautés linguistiques et culturelles. Ce n’est pas l’affaire des seuls Hratines même s’ils en souffrent plus que quiconque. C’est un frein au développement. C’est un parjure par ce temps. Le combat contre lui doit être national. Mais il importe de savoir que l’absence des maures et des négro-africains n’empêchera pas les Hratines de poursuivre leur combat.

 

A.H.M.E : Relativement à l’esclavage, les intellectuels mauritaniens (toutes ethnies confondues) remplissent-ils leur rôle d’alerte et de dénonciation ?

 

Oubeid ould Imijine :Hélas, non ! Hormis l’intelligentsia hratine consciencieuse qui considère l’esclavage comme une entrave dont il faut se libérer, les intellectuels d’obédience progressiste, seule une infime minorité des autres composantes remplit son devoir. C’est vrai que grâce à la démocratisation, aux partis politiques et aux débats transversaux suscités en leur sein, les choses évoluent et les langues se libèrent des contraintes culturelles, sociales pour prendre en charge la question d’esclavage. Mais c’est souvent, malheureusement, du bout des lèvres.
Quelques soubresauts sont de temps en temps ressentis. Des initiatives par-ci, des initiatives par-là mais qui finissent souvent par céder à la pression et avorter. Elles sont circonstancielles ! Elles naissent au gré des événements. Au point que nous les considérons parfois comme suscitées par le système pour absorber la colère des Hratines. Ce genre d’intellectuels organiques, sont les ennemis de la cause et veulent noyer le poisson.

 

A.H.M.E : S’agissant de la liberté d’information en Mauritanie, quelle est la différence entre le régime de Ould Taya et celui de Ould Abdel Aziz ?

 

Oubeid ould Imijine :C’est du pareil au même. Ce sont deux faces pour la même monnaie. Il faut distinguer, à ce niveau deux domaines : la presse officielle et la presse indépendantes. Concernant la première, il est à souligner que les organes de presse dit d’Etat (radio, télévision, Horizons) demeurent depuis Taya monopolisés par le pouvoir qui en use à sa guise. Ils sont les voix de leur maître. Ils sont l’écho du pouvoir pour magnifier le chef et glorifier ses gestes. Ils ignorent, voire censurent, l’opposition et ses activités, malgré la mise sur pied de la HAPA, dont le président a fustigé cette presse il y a quelques jours. Pas de débats contradictoires. Les invités sont des laudateurs du régime.

Concernant la presse indépendante, les pressions matérielles et financières y pesaient et pèsent encore. Et pour survivre dans un environnement hostile à la liberté d’expression, les presses écrite et électronique indépendantes sont obligées de faire office de lèche-botte, caresser le pouvoir dans le sens du poil, taire quelques sujets, sous prétexte qu’ils constituent des problèmes qui fâchent, accepter les tabous. Il y a lieu, cependant, de dire que malgré toutes ces insuffisances et lacunes, la presse indépendante est la seule où on peut parfois trouver un espace d’expression libre. Il y a quelques journaux et sites électroniques ayant à peu près une vraie ligne éditoriale qui en font des sources d’information plus ou moins privilégiées et crédibles.
A ziz est un mauvais élève de Taya, qui n’arrive pas à suivre les pas de son maître surtout qu’il fait, aujourd’hui, un aveu d’impuissance indiscutable.

 

A.H.M.E : Au stade actuel de la lutte qui oppose l’Etat mauritanien et la féodalité maure aux anti-esclavagistes, quels sont les facteurs de blocage ?

 

Oubeid ould Imijine :Il y a plusieurs facteurs de blocage. D’abord la volonté des féodaux et le pouvoir à faire l’amalgame et faire diversion sur les pratiques de l’esclavage qu’ils tiennent à réduire à des faits d’exploitation des mineurs ou des domestiques, ce qui est inexact. Ensuite, on a le refus récurrent de la police, sur ordre des autorités, à ne pas mener des enquêtes sur les cas révélés de pratiques d’esclavage ; puis le blocage de la loi 0048-2007 sanctionnant et criminalisant ces pratiques odieuses ; enfin le refus de l’Etat de s’occuper ou à la rigueur d’assister tous les esclaves libérés malgré l’existence d’un budget voté chaque année dans le cadre d’une prétendue « lutte contre les séquelles de l’esclavage ».

 

A.H.M.E : Le débat sur l’arabité et la non-arabité des Hratine se pose. Quel est votre point de vue ?

 

Oubeid Ould Imijine :C’est un grand débat ! Personnellement je pense qu’il appartient aux hratines de définir leur identité. Ce sujet est utilisé par les segments et l’Etat mauritanien comme fonds de commerce. Prôner l’arabité des Hratines est considéré par le système maure comme une condition sine qua non. A défaut de cela l’intellectuel hratine est condamné à l’exclusion, à la marginalisation et à la vindicte. L’identité n’est pas aux yeux des régimes qui se sont succédé une adhésion et un choix engageant au premier chef l’intéressé lui-même.
Le seul cadre partisan de l’arabité est apte à être président du Conseil constitutionnel, ambassadeur en Suisse, directeur de l’AMI. Celui qui s’assume et ose dire autrement se trouve au ban des accusés ! La vérité est que nous ne sommes ni arabes ni négro- africains. Nous sommes Haratines, c’est-à-dire, un trait d’union entre les Arabes et les Négro-africains de la Mauritanie. Il est indéniable que notre culture est quasiment arabe, du fait des facteurs sociétaux et notamment linguistiques. Mais personne ne peut récuser le substrat culturel nègre qui teinte en filigrane la personnalité haratine. Ceci est d’autant plus vrai que nous sommes incontestablement d’origine Négro-africaine.

 

En effet, et pour détailler mon point de vue, je dirai que je n’ai rien contre la culture arabe. J’y vois quelque peu mon image. Mais je refuse d’appartenir à une culture et une société qui stigmatisent le hartani et le marginalise, qui arabisent les Haratine contre vents et marées à des fins politiques, démagogiques et de propagande. Les Haratine sont destinés à une consommation démographique, à cause de leur poids qui en fait la plus grande composante nationale. Il ne sert qu’à justifier l’hégémonie et la part léonine des Arabo-berbère au sens étroit, c’est-à-dire le maures voire le blanc. Dans sa volonté d’arabisation, la télévision mauritanienne ne montre les Haratine que danseurs, ignorants, subalternes, Medah, éboueurs, domestiques… Ils ne sont bons que pour les stéréotypes et les clichés. Voilà tout. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas blancs. Ceci étant, ce sont des corps étrangers à l’arabité… Cependant si on creuse, on se rend compte qu’il n’y pas du tout d’arabes de souche en Mauritanie. Du moins, c’est une minorité. L’écrasante majorité est berbère. Et l’histoire le confirme, les noms des tribus et des lieux.

 

A.H.M.E : Pour abolir l’esclavage en Mauritanie, l’Etat et la féodalité maure d’une part et les anti-esclavagistes d’autre part, se livrent une guerre. La guerre est faite de plusieurs batailles comme disait le général De Gaulle.

 

Les anti-esclavagistes ont remporté deux récentes batailles :
1. Pour la première fois, des esclavagistes maures sont mis en prison pour pratiques esclavagistes ;
2. Les esclavagistes maures sont présentés à la justice et jugés. Ils furent par suite innocentés. Et ce, suite à une grève de la faim des militants anti-esclavagistes (Mint El Mocktar, Ould Boubacar et Ould Dah Ould Abeid).
Que vous inspire cette évolution ?

 

Oubeid Ould Imijine :je pense que c’est une avancée remarquable, sur ce plan. Ce que ces militants ont pu réalisés en quelque mois est énorme en comparaison avec les très lentes réalisations du combat politique. Néanmoins, il faut reconnaître que la loi criminalisant les pratiques esclavagistes, tout en étant un grand acquis à mettre à l’actif des leaders d’ELHOR, ils doivent exiger obligatoirement son application.
J’ajoute, enfin, que ce combat engagé par le mouvement abolitionniste est en train d’inaugurer de nouvelles méthodes de lutte pacifique qui donneront de grands résultats dans les tous prochains mois !
Je note au passage que le procureur de la République m’a confirmé que cette grève de la faim les a embarrassés plus que n’importe autre forme de militantisme et les a poussés à agir.

 

A.H.M.E : Quelles sont vos impressions relatives aux activités de A.H.M.E. ?

 

Oubeid Ould Imijine :Je félicite tous les camarades membres de l’association qui ne se sont jamais lassés de consacrer leur temps et leurs efforts à ce grand et long combat dont les résultats commencent à se faire sentir. En effet, le niveau considérable de prise de conscience des cadres et intellectuels Haratines, de la jeunesse des centres urbains, tout comme celles des grandes localités rurales est significatif. Vous aussi vous y êtes pour beaucoup.
En tant que journaliste, je suis conscient de l’ampleur du travail que vous faites. Car si nos actions à l’intérieur ont pu avoir un grand écho à l’extérieur du pays, c’est grâce a vos efforts. Cela nous l’avions su avec l’arrestation arbitraire de notre camarde Biram et ses compagnons !
Je tiens, ici, à réitérer la suggestion solennellement formulée par certains cadres, concernant la nécessité de lancer une version arabe du site www.haratine.com

A.H.M.E. : Votre dernier mot aux lecteurs du site www.haratine.com ?

 

Oubeid ould Imijine :Il y a une classe montante de jeunes cadres haratines déterminés à aller jusqu’au bout dans sa lutte contre ce fléau qu’est l’esclavage et l’esclavagisme. Les pratiques d’esclavage existent bel et bien en Mauritanie. Elles persistent malheureusement, parce qu’il y a une volonté claire de les ignorer, tout comme une volonté de combattre ceux qui les dénoncent.
Au nom de mes camarades dans IRA, J’appelle nos frères mauritaniens de tous les bords, à plus de coopération, de sacrifice et de dépassement pour mettre un terme à ces disparités injustes et anachroniques, en vue aussi de créer une Mauritanie de justice et d’égalité ! Il faut que nous puissions, tous et ensemble, oeuvrer en faveur de l’unité nationale qui passe par le bannissement des pratiques odieuses de l’esclavage et du racisme. Que tout le monde sache que les Haratines ne portent aucune haine, mais ne tolèrent plus qu’ils soient traités comme de petites gens, sous les auspices des forces occultent parrainées par le racisme d’Etat.
L’équipe du site www.haratine.com vous remercie d’avoir répondu à ses questions.
Source :  http://www.haratine.com



NOS VIDEOS

 

Deux feux, d'une gravité extrême, couvent sous le sol mauritanien

Des feux d'une intensité inouïe couvent sous notre sol mauritanien et si nous ne trouvons pas   une solution rapide, ils nous surprendront et en nous surprenant, ils risqueront de faire beaucoup de dégâts. Le feu du recensement national dit enrôlement massif.
Jamais en Mauritanie, une opération comme celle que nous connaissons tous aujourd’hui, à savoir l'enrôlement massif de la population dont le coup d’envoi a été donné depuis Novembre 2011, n'a fait autant de bruits et de dégâts.


Read More...

'Xidé' : Yimbi Kumma sortira son premier album en avril prochain

CultuRim - Le rappeur mauritanien Yimbi Kumma, né à Sélibabi et installé en France, sort du bois en publiant au mois d’avril prochain son premier album baptisé "Xidé" (Nostalgie). Plusieurs artistes collaborent à ce projet discographique.
Ainsi, on retrouvera le finaliste du Prix Découvertes RFI 2009, Cheikh Abdoulaye Ndiaye dit Bakhan, dans le titre "Idaga" (Ils sont partis) ou encore Lassana Hawa dans "Andutu". L’album contient également de l’égotrip, dont "Yimbi Kuma" et "Duo" enregistré avec Saranoro, Julien et Kissi.


Read More...

Conférence le 08 Décembre 2013 : ARMEPES-France

THEME : ISLAM, SYSTEMES DE CASTES  ET NOUVEAU PROJET DE SOCIETE : LA FRATERNITE   AU DESSUS DES CASTES . LA CONFERANCE SERA  ANIMEE  EN LANGUES NATIONALES
LE CONFERENCIER : OUSTAZ TRAORE ABDULLAH. HORAIRES 14H00 à 18H00  


Read More...

Les États Unis appellent à soutenir BIRAM DAH ADEID dans son combat pour éradiquer l'esclavage en Mauritanie

Après l'ONU dans son ensemble, l'Union Européenne, les Etats européens, les ONGs internationales, voici que les Etats Unis d'Amérique affichent leur reconnaissance du combat de l'Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) et appellent à soutenir la lutte de son président Biram Abeid Dah pour éradiquer l'esclavage en Mauritanie. C'est ce qu'a exprimé l'ambassadeur permanent de ce pays auprès des Nations Unies dans son allocution prononcée à l'occasion de la Journée Internationale des Droits de l'Homme.


Read More...

Messaoud Ould Boulkheir signe la troisième et dernière partie de saTribune

Messoud Ould Boulkheir, président de l’alliance populaire progressiste (APP) président sortant de l’assemblée nationale mauritanienne, signe dans la troisième et dernière partie de la Tribune. Les Mauritaniens sont inquiets et impatients d’être rassurés sur l’avenir de notre pays, sur sa sécurité, son unité, sa cohésion sociale, sa solidarité, sa stabilité politique et son bien-être économique, qui sont la condition sine qua none de sa stabilité et donc de sa survie.

Ils s’attendent à voir des signaux qui ne laissent plus aucun doute chez eux sur la détermination des décideurs à sortir cette fois des sentiers battus et à prendre en charge l’ensemble de leurs préoccupations qui sont de deux ordres :


Read More...

Pour l'honneur : réponse au Colonel Abdoulaye Aziz NDaw

Boubacar Diagana et Ciré Ba - Dans un ouvrage publié sous le titre "Pour l'honneur de la gendarmerie sénégalaise" Tome 1, le sens d'un engagement, publié chez l'Harmattan, paru en juillet 2014, le Colonel NDaw, notamment en son chapitre 9 (Officier de renseignement), écrit ceci en pages 101 et 102 :
"Après la Gambie, la DDSE s'intéressera à la Mauritanie pour contrer la politique de beydanisation entreprise depuis les barrages sur le fleuve dont le paroxysme fut atteint avec les évènements de 1989.  Il était temps de prendre les taureaux par les cornes et donner au gouvernement une étude progressive sur les relations entre les deux pays et établir une stratégie de sortie de crise.
Mon ami et frère Pape Farba SARR, patron de la Division Etudes et Prospectives, grâce à l'appui de tous les services et sous mon impulsion fit produire un excellent document qui aboutira à la reprise maîtrisée des relations diplomatiques entre le Sénégal et la Mauritanie.


Read More...

Annonce au Public: Appel à la marche pour les droits politiques, économiques et sociaux des Hratines

 Dans le but de mettre fin à la marginalisation sociale et aux pratiques esclavagistes dont souffrent les Hratines et pour perpétuer d’avantage les valeurs de justice et d’égalité dans notre pays, la cellule de communication de la marche pour les droits politiques, économiques et sociaux des Hratines, a le plaisir de porter à la connaissance du public, qu’une marche pacifique sera organisée le 29 avril 2014 à partir de 16H00.

Cette marche empruntera l’itinéraire suivant : la Nouvelle Maison des Jeunes ; point d’arrivée: place Ibn Abbass où se tiendra un meeting.

A cette occasion, l’ensemble de la population de Nouakchott est conviée à cette mobilisation pour l’égalité et la justice. Source : oubeid imijine


Read More...

Appel à manifester contre l’enrôlement discriminatoire en cours

Nous, organisation des Travailleurs Mauritaniens en France et la Diaspora vous invitent à un sit-in qu'elles organisent pacifiquement contre l'enrôlement raciste et discriminatoire des autorités mauritaniennes ce jeudi.27 Mars 2014 de 13h a 17h. Place du Marechal. Lattre de Tassigny 75016 Paris métro Porte Dauphine ou la ligne ou le RER C station Foch venez nombreux par milliers de personnes. Il faut doubler vos efforts car c'est le froid qui approche et nous sommes a deux pas du but. Nous vous invitons également  à la  Manifestation le 29 Mars 2014 de 14h a 18h sur le Parvis des Droits de l'Homme Paris 16eme métro ligne 9 la station Trocadéro. Nous vous demandons de bien vouloir mobiliser autour de vous pour la réussite de cette mobilisation .Sortez de chez et Venez plus nombreux avec  femmes et enfants pour dire halte à l’exclusion des noirs en Mauritanie par l’enrôlement  en cours qui nous rend apatride. OTMF


Read More...

Appel à mettre sur pieds une initiative citoyenne des patriotes Mauritaniens

Suite aux événements qui ont conduit à l’agression des militants de L’armepes : « association des ressortissants mauritaniens pour l’éradication  des pratique de l’esclavage et ses séquelles » dans les foyers parisiens, nous lançons un appel pressant aux intellectuels soninkés de former des groupes constitués de toutes les castes pour intervenir dans les foyers afin de sensibiliser nos compatriotes sur le danger des préjugés qui rabaissent  une frange importante en générant des tensions dans la société à la longue qui peuvent déborder dont nul ne sait l’issu. Il est temps de sensibiliser nos compatriotes que les pratiques de l’esclavage et ces préjugés sont interdits, les personnes qui continuent à s’y agripper, risquent de tomber sous le coup de la loi. En France, l’esclavage est considéré comme un crime, notre pays vient aussi de le criminaliser dans la constitution de la république. Le plus souvent nos compatriotes immigrés ignorent complètement les lois, conventions et traités, ils sont enfermés dans leurs traditions ancestrales donc faisons de la prévention pour éviter des drames. Toute personne intéressée, peut prendre  contact avec Diko hanoune et Tahara Cheikh. En vous remerciant d’avance.


Read More...

Appel à mobilisation le samedi 10 mai 2014 place Edmond Rostand (R.E.R B Luxembourg)

L’Esclavage a fabuleusement enrichi les uns et appauvri les autres. Depuis 2001 en France, le 10 mai a été institué Journée nationale de commémoration de l'abolition de l'esclavage.

Ce 10 mai 2014, le CRAN, le Comité du 10 mai, Solidaires,  CGT  et 70 autres organisations lancent un appel  pour ouvrir le dossier des réparations liées à l’esclavage.

Ce 10 mai 2014, pour la mémoire de l'esclavage et de la colonisation, pour la réparation, mobilisons-nous ! place Edmond Rostand ( R.E.R B Luxembourg ) dès 9h.     Vidéo de l'appel :
Contact : Guy Samuel NYOUMSI (Vice-président du Cran)
www.le-cran.fr


Read More...
0123456789

Biram Dah ABEID : Vidéo de la cérémonie de déclaration de sa candidature

L'esclavage dont on ne parle pas : TidIane N'DIAYE.

IMAGES DE LA CONFERENCE DE DECEMBRE 2013.

En ce jour du mercredi 11 Novembre 2015, cela fait un an plein que l'ancien candidat indépendant aux élections présidentielles de 2014, Biram Dah Abeid, président d'IRA-Mauritanie, son vice-président Brahim Bilal Ramdhane et Djiby Sow, président de Kawtal Ngam Yellitaare, sont entre les accroches du pouvoir mauritanien. Il est à noter l'élargissement provisoire de Djiby Sow pour  motif sanitaire.

Un an plein que les deux leaders d'IRA (Initiative pour la Résurgence Abolitionniste) sont derrière les barreaux à la suite d'un dossier judiciaire sans substance valable en Droit.

   En Mauritanie, la jonction possible de la problématique de l'esclavage  (couche haratine victime) et le système de castes régissant presque toutes les autres  communautés nationales , surgit fréquemment dans les débats à divers niveaux (réseaux sociaux, plateaux télé et d'autres).  Et ceux qui se jouent en premier de ce rapprochement, trouvent aisément une échappatoire calculée afin de soulager leur conscience face aux conséquences de l'ordre esclavagiste et ses dérivés béants. Les seconds souvent se trouvant interpellés à vif, tentent expressément d'indexer la gravité de l'ordre esclavagiste affectant une frange de la communauté Haratine, et par un détour lisse et moins fouillé, le système de castes apparaît comme un modèle gentil avec des vertus enviées pour tous les segments de la société castée.

 Une déclaration   signé en date du 25 Décembre  au nom de La Grande Famille Soninké   est parue sur CRIDEM . Ladite  déclaration    est  actée suite  à une rencontre  entre  des  membres de la communauté soninké  qui se sont réunis chez le ministre de l’environnement.  Que des membres d’une communauté se réunissent   pour débattre de ses réalités et de ses perspectives  de développement  quoi de plus  salutaire  et noble .Mais la motivation première  de cette rencontre  est  gênant  et déshonorant  pour  toute la communauté soninké  dans son ensemble . Car   en termes d’enjeux les soninko se retrouvent  dans le combats  pour les droits les plus élémentaires, nous y reviendrons.

L'INVITE DU MOIS : Oustaz Abdoulaye TRAORE

Déclaration des Organisations Mauritaniennes en Europe : 2-12-2013

 

 Pour écouter la radio ARMEPES-France: Xoroona me Terinka, cliquez ici

Dr. Makhan koné Pr. ARMEPES : 2-12-2013

L'ESCLAVAGE, PERSISTE EN MAURITANIE.

Audio et photos terribles  : que se passe-t-il à Boutilimit avec l'IRA  ?

JOURNEE INTERNATIONALE DU REFUGIE

178079
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce Mois
Mois Passé
Tous les Jours
67
43
390
171927
2183
2257
178079

Votre IP est : 54.158.214.111
Server Time: 2017-11-24 09:06:03

Tribune 1ere partie: Messoud Ould Boulkheir parle

Tribune 2eme partie: Messoud Ould Boulkheir parle

Tribune 3eme partie: Messoud Ould Boulkheir parle

Joomla templates by Joomlashine